Monsieur l'abbé, dit le bourreau en semettant à genoux près de moi, vous plairaitil de dire les prières assez haut et assez doucement pour que je puisse les répéter .Comment , malheureux , tules as donc oubliées .Je crois que je ne les ai jamais sues . Je dis les cinq pater et les cinq ave, que le bourreau répéta consciencieusement après moi. Laprière terminée, je me levai. L'Artifaille, disje tout haut au supplicié, j'ai fait tout ce que j'ai pu pour le salut de ton âme, c'est à la bienheureuseNotreDame à faire le reste,Amen , dit mon compagnon. En ce moment un rayon de lune illumina le cadavre comme une cascade d'argent. polo lacoste femme pas cher Minuit sonna à NotreDame,Allons, disje à l'exécuteur, nous n'avons plus rien à faire ici. Monsieur l'abbé, dit le pauvre diable, seriezvous assez bon pour m'accorder une dernièregrâce,Laquelle,C'est de me reconduire jusque chez moi . tant que je ne sentirai pas ma porte bien fermée entre moi et ce gaillardlà, je ne serai pastranquille,Venez, mon ami. Nous quittâmes l'esplanade, non sans que mon compagnon, de dix pas en dix pas, se retournât pour voir si le pendu était bien à saplace, Rien ne bougea. Nous rentrâmes dans la ville, Je conduisis mon homme jusque chez lui. J'attendis qu'il eût éclairé sa maison, puis il ferma la portesur moi, me dit adieu, et me remercia à travers la porte, Je rentrai chez moi, parfaitement calme de corps et d'esprit. Le lendemain, comme je m'éveillais,on me dit que la femme du voleur m'attendait dans ma salle à manger. survetement lacoste, Elle avait le visage calme et presque joyeux. Monsieur l'abbé, me ditelle, je viensvous remercier . mon mari m'est apparu hier comme minuit sonnait à NotreDame, et il m'a dit .Demain matin, tu iras trouver l'abbé Moulle, et lu lui dirasque, grâce à lui et à NotreDame, je suis sauvé. X L'ARTIFAILLe, 110 Page 114 XI LE BRACELET DE CHEVEUX. Mon cher abbé, dit Alliette, j'ai la plusgrande estime pour vous et la plus grande vénération pour Cazotte, j'admets parfaitement l'influence de votre mauvais génie, mais il y a une chose que vousoubliez et dont je suis, moi, un exemple, c'est que la mort ne tue pas la vie, la mort n'est qu'un mode de transformation du corps humain . la mort tue la mémoire, voilà tout.