Parole d'honneur. C'est bien. Écoutez donc. Et alors Franz raconta à Albert son excursion à l'île de MonteCristo, comment il y avait trouvé un équipage de contrebandiers, et au milieu de cet équipage deux bandits corses. Il s'appesantit sur toutes les circonstances de l'hospitalité féerique que le comte lui avait donnée dans sa grotte des Mille et une Nuits . il lui raconta le souper, le haschich, les statues, la réalité et le rêve, et comment à son réveil il ne restait plus comme preuve et comme souvenir de tous ces événements que ce petit yacht, faisant à l'horizon voile pour PortoVecchio. Puis il passa à Rome, à la nuit du Colisée, à la conversation qu'il avait entendue entre lui et Vampa, conversation relative à Peppino, et dans laquelle le comte avait promis d'obtenir la grâce du bandit, promesse qu'il avait si bien tenue, ainsi que nos lecteurs ont pu en juger. sac longchamp imitation fourrure Enfin, il en arriva à l'aventure de la nuit précédente, à l'embarras où il s'était trouvé en voyant qu'il lui manquait pour compléter la somme six ou sept cents piastres . enfin à l'idée qu'il avait eue de s'adresser au comte, idée qui avait eu à la fois un résultat si pittoresque et si satisfaisant. Albert écoutait Franz de toutes ses oreilles. «Eh bien, lui ditil quand il eut fini, où voyezvous dans tout cela quelque chose à reprendre . Le comte est voyageur, le comte a un bâtiment à lui, parce qu'il est riche. Allez à Portsmouth ou à Southampton, vous verrez les ports encombrés de yachts appartenant à de riches Anglais qui ont la même fantaisie. Pour savoir où s'arrêter dans ses excursions, pour ne pas manger cette affreuse cuisine qui nous empoisonne, moi depuis quatre mois, vous depuis quatre ans pour ne pas coucher dans ces abominables lits où l'on ne peut dormir, il se fait meubler un piedàterre à MonteCristo : quand son piedàterre est meublé, il craint que le gouvernement toscan ne lui donne congé et que ses dépenses ne soient perdues, alors il achète l'île et en prend le nom. sac longchamp pliage tour eiffel pas cher Mon cher, fouillez dans votre souvenir, et ditesmoi combien de gens de votre connaissance prennent le nom des propriétés qu'ils n'ont jamais eues. Mais, dit Franz à Albert, les bandits corses qui se trouvent dans son XXXVIII. Le rendezvous. 126 Page 130 Le Comte de MonteCristo, Tome II équipage . Eh bien, qu'y atil d'étonnant à cela . Vous savez mieux que personne, n'estce pas, que les bandits corses ne sont pas des voleurs, mais purement et simplement des fugitifs que quelque vendetta a exilés de leur ville ou de leur village . on peut donc les voir sans se compromettre : quant à moi, je déclare que si jamais je vais en Corse, avant de me faire présenter au gouverneur et au préfet, je me fais présenter aux bandits de Colomba, si toutefois on peut mettre la main dessus . imitation sac longchamp roseau je les trouve charmants. Mais Vampa et sa troupe, reprit Franz . ceuxlà sont des bandits qui arrêtent pour voler . vous ne le niez pas, je l'espère. Que ditesvous de l'influence du comte sur de pareils hommes . Je dirai, mon cher, que, comme selon toute probabilité je dois la vie à cette influence, ce n'est point à moi à la critiquer de trop près. Ainsi donc, au lieu de lui en faire comme vous un crime capital, vous trouverez bon que je l'excuse, sinon de m'avoir sauvé la vie, ce qui est peutêtre un peu exagéré mais du moins de m'avoir épargné quatre mille piastres, qui font bel et bien vingtquatre mille livres de notre monnaie, somme à laquelle on ne m'aurait certes pas estimé en France .